La série noire entre à l’UMIH

razzia

Le site internet Lechef.com a titré il y a quelques jours « du rififi a l’UMIH » en référence à « Du rififi chez les hommes » d’Auguste Le Breton édité à la Série Noire. Je me suis amusé à un petit exercice sur ce qui se passe au siège de l’UMIH rue d’Anjou en utilisant quelques titres de polar de la célèbre série. Bien entendu, cela est du roman, et toute ressemblance avec des personnages existant ou ayant existé ne serait que pure coïncidence et indépendante de ma volonté (les titres empruntés sont en gras).

Depuis des lustres, c’était le grand Dédé qui menait La foire aux larrons rue d’Anjou, Un homme à la coule mais Pas question de me doubler, il faut dire qu’il avait été Monsieur la veine puisqu’il avait réussi Razzia sur la chnouf de la TVA. Le Chien de métier, il connaissait. Même si Les bousilleurs, il y en a toujours, trouvaient que L’indégommable faisait Un baroud de trop. Mais Cador, fais pas de cadeau ; pour eux cela a été Mission boomerang. Finalement aux élections la Bataille de coqs a mal tourné pour la dauphine parisienne et le bourru auvergnat, le mot d’ordre a été « As-tu vu Carcassonne ?» et c’est Un chouette petit lot qui a gagné, la belle Audoise et  Deux doigts de blonde, – la fille du Nord.

Dédé a été réglo ; Le gorille vous salue bien ; J’ai fait la valise ; A toi de faire, Mignonne.

Normalement, avec l’Avis d’échéance du racket fiscal, L’amazone s’amuse, mais très vite Ca sent le brûlé. Je l’ai déjà dit : La belle évaporée joue un  peu trop La môme parapluie dans les médias et parfois Au ras des pâquerettes, A coups de gaffes. Moi je dis, il faut laisser faire le temps mais Quand rôdent les squales… Je sais pas trop ce qui se passe, je ne suis pas très chaud pour le Plongeon dans le bourbier : peut-être que certains n’ont pas bien lu le Manuel des perdants et sont prêts à Un jeu de fous parce que Le pot-au-feu est assuré rue d’Anjou ?

Le resultat, c’est Une sacrée mélasse. D’abord Ramdam dame,  Cricri et Dany Elles font Tilt, et hop ! Une valda pour Cendrillon qui ne Perds pas le nord pour autant. Il faut dire qu’elle avait accusé La coupeuse de têtes d’avoir fait Un accroc dans le bas de laine. Ensuite, c’est Un fichu mois d’août et une Grêle de coups fourrés, puisque le bateau UMIH est amarré sur Le quai des eaux troubles. Des Sacrés lascars, il n’en manque pas au Vendetta palace,Coco Bel-œil le grand normand,  Le Petit Bleu de la côte ouest et quelques autres qui rêvent d’écrire l’épitaphe pour une garce. Au point où en est La cuisine infernale, La Fée carabine n’a pas l’intention de mettre La tête sur le billot et moi je dis, attention ! Gare à l’intoxe ! Que cela ne tourne pas au  Grand gâchis.

Il pourrait bien y avoir un  Branle-bas chez les taupes et les pèquenots de base seraient en droit de faire valoir un Droit de rescousse. Arrêtez le cinoche ! L’UMIH rentre dans la Zone mortuaire, le pire serait que Tout le monde se tire !

Au rendez-vous des tordus, il risque de manquer du monde et sur le pont de Nantes dansera t’on  Tchatcha nouga, Cha-cha-cha siamois ou La java des guignols, La polka des polluants et pour finir La samba des osselets ?

 

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email

À propos de archestratos

le blog d'un aubergiste, c'est à dire hôtelier, restaurateur et cuisinier de la france profonde. Syndicaliste, humaniste, democrate
Cette entrée a été publiée dans vie syndicale. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à La série noire entre à l’UMIH

  1. Mamouchka dit :

    A moins que le Cave se rebiffe ?

    Mamouchka.

Les commentaires sont fermés.