Baisse de la TVA

c31b3a2

 Grande effervescence ces derniers jours dans le milieu de la restauration. L’UMIH et le SYNHORCAT s’agitent pour convaincre leurs adhérents de baisser leurs prix. Il semblerait que la CPIH soit moins active sur le front. J’ai fait ma part de travail lors des réunions toute la semaine, et je suis allé à la rencontre de nombreux collègues chez les grossistes. Les réunions locales ont drainées à peu près le tiers de nos adhérents. Ils se sont engagés à respecter le premier engagement, et pour la plupart, à apposer la vitrauphanie sur leurs vitrines. Nombre de ceux qui ne sont pas venus le feront également. Il faut savoir que ces autocollants, signalant que le restaurateur respecte les modalités de la baisse, se sont arrachés comme des petits pains ; l’imprimeur doit se remettre à la tâche. Un grand nombre de restaurateurs, conscients de l’enjeu, mais travaillant déjà à des prix très bas, ne pourront pas apposer le panonceau. Ils feront cependant un effort significatif ; en effet nous les avons encouragés à faire preuve de pédagogie auprès de leur clientèle pour expliquer que la baisse de la TVA  a pour corollaire en retour les salaires, l’embauche et l’investissement.

 

Pour tout vous dire, il y a quelques jours, j’étais plutôt pessimiste sur l’application du premier point ; à ce jour, je suis persuadé que nous allons réussir. Des réfractaires à la mesure et des non-syndiqués viennent maintenant dans nos bureaux se renseigner sur le ‘comment faire’. La presse à fait monter la pression, c’est vrai, mais les restaurateurs sont aussi des citoyens responsables.

Les arguments des opposants sont variés, certains non recevables. Je vous en ferai grâce. D’autres sont humainement compréhensibles, tout en étant des erreurs de jugement, comme par exemple : « pendant toutes ces années ou j’ai galéré comme un diable, le consommateur ne s’est pas inquiété de mon taux de TVA, alors maintenant je ne lui dois rien, je dois seulement à mon outil de travail et à mes employés qui ont galéré avec moi.» D’autres prennent le prétexte que cette mesure est surtout symbolique (ce qui est en partie vrai) pour ne rien faire.   

Les chaînes vont communiquer à outrance et annoncer des baisses de prix massives. Que le consommateur ne soit pas dupe : comme je l’avais développé dans un billet précédent, elles n’avaient pas besoin du taux réduit et cela ne sera que prétexte à communication. Leurs méthodes de gestion industrielles feront que leurs marges seront finalement sauvegardées au détriment de leur personnel et parfois de leurs clients.

Les autocollants bleus vont apparaître en grand nombre sur les portes tout au long du mois de juillet, j’en fais le pari.  

Une remarque encore : notre présidente Christine Pujol n’a pas encore trouvé le ton juste pour s’adresser à ses adhérents, cela manque de cœur et oscille entre de la condescendance maternaliste et le discours de Père Fouettard.

 

 

 

 

 

 

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email

À propos de archestratos

le blog d'un aubergiste, c'est à dire hôtelier, restaurateur et cuisinier de la france profonde. Syndicaliste, humaniste, democrate
Cette entrée a été publiée dans vie syndicale. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Baisse de la TVA

  1. Perruques dit :

    Je voudrais rappeller tout de même que la situation de plusieurs centaines de restaurateurs était devenue critique, justement en raison des circonstances économiques mais aussi, dans les régions frontalières comme le pays niçois, du différentiel de charges sociales et que la baisse de la TVA leur a tout simplement permis d’éviter la faillite et éventuellement d’embaûcher ce qui n’est pas un mal. D’ailleurs, les restaurateurs n’ont aucun intérêt à perdre des clients.

Les commentaires sont fermés.