soir d’élection

medium_aux_urnes

Longtemps, les soirs d’élections, je me suis couché tard. Pas cette fois.

J’ai voté après mon travail du dimanche, dans mon village en milieu d’après-midi et moins de la moitié de mes concitoyens m’avaient précédés. Catastrophe pour la démocratie quand la résignation et le fatalisme dominent.

20 heure les résultats : déception sauf pour Jean Lassalle. D’un coté quelques hâbleurs gouvernementaux essayant de taire leur déroute et de l’autre les ravis qui ne feront rien à long terme de leur victoire à la Pyrrhus surtout avec ce taux d’abstention. A 22 heures,  une dame contrariée d’être assise à coté d’Hervé Morin et essayant de s’en tenir le plus loin possible, quitte à paraître toute petite et ridicule au bout  de la table. Paradoxal, car dés qu’elle aura la parole, elle va lui faire un plaisir qui se verra sur son visage.  On la présente comme vice présidente de notre mouvement, elle annonce avoir participé dans la semaine à un meeting « extraordinaire » d’un candidat concurrent de celui courageux et écologiste de son parti  puis elle tape sur l’homme qui nous a tous, d’où que l’on vienne, rassemblés. Plus triste que en colère,  je suis allé dormir… plutôt mal.

J’ai eu le temps de réfléchir, ce matin je crois toujours en  mes valeurs et ceux qui les incarnent le mieux sont au mouvement démocrate. Un jour viendra, j’espère avant que la poudrière n’explose…   

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email

À propos de archestratos

le blog d'un aubergiste, c'est à dire hôtelier, restaurateur et cuisinier de la france profonde. Syndicaliste, humaniste, democrate
Cette entrée a été publiée dans politique. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

4 réponses à soir d’élection

  1. RAYNAL Louis dit :

    Cette campagne aura été celle des compromissions. une vice présidente critique dès le début de la campagne et joue ensuite contre son camp, d’autres vont à la soupe.Personnellement je suis dans une région où il a eu de l’opportunisme et je vais voter contre au 2ème tour.
    Nous avons cependant manqué d’éléments qui accrochent:
    Quand j’entends le discours démagogique de M Aubry dimanche soir qui veut faire beaucoup de choses, je me dis avec quel argent? Les revenus étant à la baisse, je me doute que cette petite dame, sans le dire, lorgne sur nos petites économies. Sarko a déja commencé avec le RSA mais là ce sera d’un autre niveau. Je me demande si la petite retraitée habituée à porter son bulletin rose dans l’urne y a bien réfléchi. Heureusement pour elle ce n’étaient que les régionales.
    Je viens aussi de recevoir mon bulletin de réadhésion
    et je comprends que le Modem en a bien besoin.

  2. Bon, pour les régionales, c’est plié, votre poulain a encore cravaché en queue de peloton. En revanche pour les élections de l’UMIH, on se marre encore. Je vous recommande de lire mon dernier petit article sur http://www.vegr.fr, vous y découvrirez que nous appartenons à la même organisation, très drôle non?

  3. archestratos dit :

    Monsieur Denamur,
    je vous remercie de votre compassion pour « mon poulain ». Pour ce qui est de votre article, je voudrais d’abord rectifier une erreur. Le groupement national des chaines GNC associé à l’UMIh ne regroupe que des chaines d’hotels principalement du groupe accor. L’UMIH compte egalement comme associé le SNRPO syndicat national de la restauration publique organisée regroupant les cafeterias casino, flunch et quelques autres de ce type dont effectivement ELIOR. Buffalo grill et flo que vous citez comme sponsor du melodrame de l’UMIH sont membres avec courtepaille les freres blancs, el rancho (que vous avez à tord dans un autre billet désigné comme proche de l’umih) et quelques autres du SNRTC syndicat national de la restauration thematique et commerciale associé jusque a peu au synhorcat. Mac Do et quick ne sont bien entendu pas à l’UMIH non plus.

    Pour ce qui est de la SACEM, elle fait des rabais aux adherents de tout les syndicats. Pour les salariés il y a aussi des aventages de ce type à etre syndiqué comme d’ailleur si vous vous abonnez à un hebdo ou prenez la carte de la FNAC. Les tarifs tres chers de la sacem sont d’ailleurs etablis en consequence. Faire pleurer sur le sort des artistes est un peu fort. Allez donc voir le siege de marbre de la Sacem. Ne serait ce pas plutôt un probleme de redistribution entre ceux qui vont chercher leurs droits à la brouette et les artistes qui galerent.
    je suis etonne aussi que vous vendiez votre ame au diable pour 400 euros…
    quoi d’il en soit vous avez fait le bon choix, participez donc a nos AG, et exprimez vous.

  4. Monsieur l’Aubergiste,
    La super production dont je parle ne concerne pas uniquement l’épisode mélodramatique joué au siège de l’UMIH mais la série « OP TVA » toute entière. Si vous étiez dans ma mailing liste vous auriez reçu cela hier « La saison 1 de la série « OP TVA » est sur le point de s’achever, retrouverons-nous Christine, André ou Hervé dans la saison 2 ? La rébellion réussira-telle à reconquérir les fonds de commerce perdus?
    Pour tous les aficionados, voici la dernière critique sur le dernier épisode de la saison 1 de la série culte « OP TVA » publiée aujourd’hui sur http://www.vegr.fr »
    A la lumière de ce que je viens de vous écrire, vous aurez peut être une toute autre lecture du paragraphe où j’aurais accumulé erreur sur erreur sur les sponsors officiels.
    Pour la Sacem, effectivement, on peut choisir le syndicat que l’on veut dans la liste proposée par la Sacem, je n’ai pas dit le contraire. Que cet organisme paritaire ne répartisse pas au mieux l’argent entre ses adhérents est une chose mais combien d’artistes sont au courant de cet accord et pourquoi la Sacem l’a-tel mis en place? Les syndicats de restaurateurs revendiqueraient-ils autant d’adhérents sans cette étrange collaboration?
    Pour en finir avec vos deux dernières réflexions, tous mes établissements cotisent à l’UPIH et lorsque j’avais pris cette décision, je pensais pouvoir faire passer des idées à travers cette organisation. Lors d’une rencontre avec les président Navet où je lui avais suggérer que je vienne tenir un discours de vérité sur la fraude sociale et fiscale, la modernisation du secteur ou la baisse de la TVA, il m’avait répondu qu’il n’aurait plus d’adhérent si je tenais un tel discours. Alors après que les faits m’aient finalement donné raison, finira-t-on par me donner la parole dans vos AG? Permettez-moi d’en douter mais c’est avec plaisir que je ferai le déplacement, juste pour vous rencontrer et essayer de convaincre quelques « reste orateur libre » de suivre le chemin de la transparence.

Les commentaires sont fermés.